Wednesday, October 15, 2014

"J’ai perdu ma force et ma vie,
Et mes amis et ma gaîté ;
J’ai perdu jusqu’à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.

Quand j’ai connu la Vérité,
J’ai cru que c’était une amie ;
Quand je l’ai comprise et sentie,
J’en étais déjà dégoûté.

Et pourtant elle est éternelle,
Et ceux qui se sont passés d’elle
Ici-bas ont tout ignoré.

Dieu parle, il faut qu’on lui réponde.
– Le seul bien qui me reste au monde
Est d’avoir quelquefois pleuré.”

Tristesse, Alfred MUSSET
Monday, October 13, 2014
The Western arrogance of feeling that it has everything to teach others and nothing to learn from them is not just. Martin Luther King Jr., “Why I am Opposed to the War in Vietnam,” 1967 (via fotojournalismus)

(Source: revolutionary-afrolatino)

Thursday, September 18, 2014
graffitivre:

Œdipe a dit “la sortie c’est parricide”

graffitivre:

Œdipe a dit “la sortie c’est parricide”

The mind is its own place, and itself can make a heaven of hell, a hell of heaven J. MILTON
Friday, September 5, 2014
La vie est comme une broderie. On passe la première partie de sa vie sur cette partie là, du côté joli de la broderie. On passe la deuxième partie de sa vie de l’autre côté. C’est moins joli mais on voit comment sont agencés les fils, on voit comment c’est fait.
Monday, August 25, 2014
Je suis à l’aise dans l’esthétique de l’échec et de l’anéantissement, non dans celle de la réussite et de l’affirmation. A. Gorz, Lettre à D.
Tuesday, August 19, 2014
J’ai écrit The Puritan en 1947. C’est l’histoire de quelqu’un qui est si effrayé par l’amour qu’il renonce. Il est simplement incapable. Si on a un secret, on prend peur. On a peur de soi-même, de tout ce que l’on pourrait désirer, peur de désirer la mauvaise chose, on a même peur de l’amour. Nous détruisons la chose même que nous désirons le plus. C’est un tragique mystère. Louise Bourgeois, 1990
Sunday, August 17, 2014
Le bourgeois feint de traiter le peuple comme l’ensemble de ses enfants. Il le reprend l’avertit, le secourt car il est assez clair que ce peuple ne saurait reprendre lui-même en main sa propre destinée. Quand il punit le peuple, il le punit comme son propre enfant, pour son bien, il dit qui aime bien châtit bien, il juge ingrat le peuple révolté. Paul Nizan, Les chiens de garde
Thursday, August 7, 2014

"Dans toute femme, il y a un point plus vulnérable. Pour les unes c’est la naissance du cou, la taille, les mains. Pour Claire dans cette position, dans cet éclairage, c’était le genou. C’était le pôle magnétique de mon désir, le point précis où s’il m’était permis de suivre ce désir, de ne suivre que lui, j’aurais d’abord posé ma main."
Le Genou de Claire, Rohmer, 1970

Monday, August 4, 2014
Hitler’s Bathtub by Lee Miller

Hitler’s Bathtub by Lee Miller