Tuesday, August 19, 2014
J’ai écrit The Puritan en 1947. C’est l’histoire de quelqu’un qui est si effrayé par l’amour qu’il renonce. Il est simplement incapable. Si on a un secret, on prend peur. On a peur de soi-même, de tout ce que l’on pourrait désirer, peur de désirer la mauvaise chose, on a même peur de l’amour. Nous détruisons la chose même que nous désirons le plus. C’est un tragique mystère. Louise Bourgeois, 1990
Sunday, August 17, 2014
Le bourgeois feint de traiter le peuple comme l’ensemble de ses enfants. Il le reprend l’avertit, le secourt car il est assez clair que ce peuple ne saurait reprendre lui-même en main sa propre destinée. Quand il punit le peuple, il le punit comme son propre enfant, pour son bien, il dit qui aime bien châtit bien, il juge ingrat le peuple révolté. Paul Nizan, Les chiens de garde
Thursday, August 7, 2014

"Dans toute femme, il y a un point plus vulnérable. Pour les unes c’est la naissance du cou, la taille, les mains. Pour Claire dans cette position, dans cet éclairage, c’était le genou. C’était le pôle magnétique de mon désir, le point précis où s’il m’était permis de suivre ce désir, de ne suivre que lui, j’aurais d’abord posé ma main."
Le Genou de Claire, Rohmer, 1970

Monday, August 4, 2014
Hitler’s Bathtub by Lee Miller

Hitler’s Bathtub by Lee Miller

Thursday, December 27, 2012
Chacune chose décline
Au lieu de son origine :
Et l’an, qui est coutumier
De faire mourir et naître,
C e qui fut rien, avant qu’être,
Réduit à son rien premier
Du Bellay, La complainte du désespèré
Saturday, October 20, 2012
J’aimerais croire qu’il suffit d’un regard pour se dire que l’on s’aime encore, qu’on s’est trop aimé pour ne plus s’aimer. Tout passe avec le temps, tout, mais ce qui reste, ce qui perdure par un grand mystère, c’est la vie. Oui la vie. Un heureux évènement, réalisé par Rémi Besançon
Thursday, October 11, 2012
Socrate à Alcibiade :
“Tu vois sans doute en moi une beauté inimaginable et bien différente de la grâce que revêt ton aspect physique. Si donc, l’ayant aperçue, tu entreprends de la partager avec moi et d’échanger beauté contre beauté, le profit que tu comptes faire à mes dépens n’est pas mince ; à la place de l’apparence de la beauté, c’est la beauté véritable que tu entreprends d’acquérir, et, en réalité, tu as dans l’idée de troquer de l’or contre du cuivre.”
Platon, Le Banquet
Les femmes extrêmement belles étonnent moins le second jour. C’est un grand malheur, cela décourage la cristallisation : leur mérite étant visible à tous, et formant décoration, elles doivent compter plus de sots dans la liste de leurs amants […] Stendhal, De l’amour
Wednesday, October 3, 2012
Writing is utter solitude, the descent into the cold abyss of oneself. Franz Kafka
Sunday, September 9, 2012
Black coffee and pain perdu #sundaymorning (Taken with Instagram)

Black coffee and pain perdu #sundaymorning (Taken with Instagram)